Rapport sur la pauvreté 2021

Comme chaque année depuis 25 ans désormais, le Secours Catholique dévoile son rapport sur la pauvreté. En 2021 c’est 10 % de la population qui aurait besoin d’accéder à l’aide alimentaire. 

Depuis plus de 25 ans le Secours Catholique publie son traditionnel rapport sur l’état de la pauvreté en France. Une analyse qui s’appuie sur les données collectées sur le terrain grâce au 61 300 bénévoles engagés au niveau national. Elle donne un éclairage sur la situation des personnes les plus précaires. Pas de rupture forte comparée aux années précédentes mais des évolutions liées à la crise sanitaire sont à relever.

Cette année une enquête complémentaire a été menée auprès de 1088 ménages qui ont bénéficié de 500 000 chèques services mis en place pour faire face à l’urgence alimentaire dès le premier confinement. En 2020, jusqu’à 7 millions de personnes auraient eu recours à l’aide alimentaire. Soit près de 10% de la population française. 

EN QUELQUES CHIFFRES

Au niveau national, le besoin d’écoute reste la première demande exprimée par les ménages rencontrés par le Secours Catholique (57%), suivie par l’aide alimentaire (54%) en augmentation de + 4 points. En Vendée a contrario, c’est l’aide alimentaire qui est sur le haut du podium avec 65% des besoins exprimés, puis l’écoute et l’accueil atteignant les 28%, et enfin en 3ème position l’aide pour le loyer, les factures, l’énergie, l’eau, etc. qui atteint les 20% (contre 16% au niveau national).

9 ménages sur 10 souffrent d’insécurité alimentaire et 27% déclarent ne pas s’alimenter régulièrement. A noter que 6 ménages sur 10 ont vu leur dépenses augmenter pendant le confinement du fait de la fermeture des cantines scolaires. En 2020, 57% des ménages ont demandé une aide alimentaire pour la première fois. 

DES PROFILS VARIÉS

Globalement, en France, ce sont des ménages en situation de pauvreté extrême, ainsi que ceux dont la pauvreté monétaire est moins importante mais dont les budgets sont trop serrés pour faire face aux dépenses du quotidien, qui font appel à l’aide alimentaire. Avec une augmentation des profils de personnes en activité dans les primo demandeurs.

Une majorité de familles sont concernées par ces formes de pauvreté mais avec une forte part de familles monoparentales (en augmentation en 2020). La Vendée compte ainsi 20% de couple avec enfants, 21% de femmes seules, 21% d’hommes seuls, 27% de mère isolée et 6% de père isolé. Les couples sans enfants (5%) et les ménages complexes complètent le tableau.

Share This