L’avenir de la Nouvelle-Calédonie est en discussions à Paris depuis le 27 mai et jusqu’au 3 juin. La date butoir pour organiser le dernier référendum prévu par les accords de Nouméa approche, et l’exécutif français veut rétablir un dialogue entre loyalistes et indépendantistes.

Share This