Ils témoignent de leur foi

Témoignage de l’Abbé Alexandre-Marie Robineau,

prêtre pour le diocèse de Luçon

Abbé Alexandre-Marie Robineau

Abbé Alexandre-Marie Robineau, prêtre à la paroisse St Martin de Montaigu au moment de l’interview

L’idée d’une vocation religieuse a-t-elle germé en vous dès l’enfance ?

 

Non. J’ai grandi dans une famille du bocage, de culture chrétienne. J’ai été accompagné par mes proches dans les sacrements jusqu’à la confirmation, mais malgré mon implication dans des mouvements comme l’ACE (Action Catholique des Enfants), ma vie spirituelle était assez peu consistante.

A la fin du lycée j’ai ressenti une très grande soif de vérité et de sens, mais j’étais surtout mal dans ma peau car mes questions n’avaient pas de réponses.

J’étais investi, mais pas dans le domaine religieux. Dans des associations, le sport… J’ai même envisagé un engagement en politique.

Quel a été le virage vers la prêtrise ?

Le décès de deux cousins, quand j’étais étudiant à l’ICES, m’a chamboulé. Il m’a bizarrement ramené à Dieu, en m’incitant à donner un sens positif et joyeux à ma vie.

Plus tard, à la catho d’Angers, j’ai été interpellé par un ami pour effectuer une retraite sur les fondements de la foi au foyer de charité de Tressaint. Sur place j’ai résisté. J’appréhendais de descendre en moi-même, comme un plongeur qui quitte le tumulte de la surface pour trouver le silence sous-marin.

Mais je l’ai fait et ce fut le tournant de ma vie.

J’ai trouvé les réponses à toutes mes questions et elles ne figuraient pas dans un concept mais dans une personne ! Je voulais aimer comme le Christ et donner ma vie comme lui. Je suis entré au séminaire un an plus tard, et j’ai été ordonné prêtre pour le diocèse en juin 2014.

Comment, aujourd’hui, vivez-vous votre prêtrise en paroisse ?

Avec la grande joie d’accompagner tous les âges de la vie, depuis les petits enfants jusqu’aux personnes âgées en maison de retraite. Mon bonheur est d’accompagner les gens là où ils se trouvent, dans leur vie et dans leur foi. Certes on ne peut pas toucher tout le monde !

Le nombre de  jeunes en préparation de confirmation pourrait augmenter, par exemple…

Mais la paroisse compte 33 000 habitants, dont 40% ont moins de 30 ans. Elle est d’un grand dynamisme et j’en suis un pasteur que j’espère accessible et entraînant.

Catholiques en Vendée n°151 – Février 2017

Share This
Essayez-le maintenantRedemander plus tardNe plus afficher