Ils témoignent de leur foi

Témoignage de Anne Gallot,

laïque consacrée pour Points-Cœur, originaire d’Olonne sur-Mer.

Anne Gallot

Anne Gallot, laïque consacrée pour Points-Cœur, originaire d’Olonne sur-Mer.

 

Comment est née votre vocation ?

 

Mon père a été ordonné diacre permanent lorsque j’avais 10 ans. Dans sa famille, il y a aussi des religieux et des prêtres. Lorsque j’étais adolescente, j’ai un jour eu l’intuition d’être peut-être appelée à une vie de célibat mais cela ne m’enthousiasmait pas beaucoup.

Après mes études de photographie, je suis partie vivre au Brésil avec l’association Points-Cœur, au milieu de personnes pauvres. Un jour, alors qu’il y avait un brouhaha énorme dans la favela et que j’étais devant le Saint-Sacrement dans la chapelle du Points-Cœur, j’ai eu la certitude d’être à ma place. Je me suis alors dit : « Voici le bonheur que mon cœur cherche. J’aimerais rester ici, toujours ».

Mais aussitôt après, j’ai mis cette question de côté, En rentrant en France, je ne voulais plus vivre comme avant, ayant vécu cette expérience humaine et de foi, si forte. Après des études de philosophie et grâce à un accompagnement spirituel pour m’aider à discerner, en 2009 j’ai su que je voulais continuer à vivre cette mission de bénévole à Points-Cœur toute ma vie.

Depuis, une paix profonde ne m’a jamais quittée.

Pourquoi avoir choisi Points-Cœur ?

 

Points-Cœur est une ONG internationale, dont chaque membre est appelé à vivre du charisme de compassion et de consolation auprès des personnes souffrantes et en particulier des plus pauvres.

Nous avons le désir d’être comme Marie au pied de la Croix, debout au plus près du Christ, pour l’aider à aller au bout de sa mission.

Nous sommes ainsi appelés à être tout simplement présents auprès de nos amis pour les accompagner dans ce qu’ils ont à vivre. Au Points-Cœur de Genève où je vis, je suis témoin de beaucoup de détresse et de souffrances, parfois bien plus vertigineuses que dans cette favela ! A Genève, comme dans beaucoup d’autres endroits, nous perdons le sens de notre vie et le désespoir gagne si profondément notre cœur.

Comment vivez-vous votre mission de laïque consacrée ?

Après une formation théologique et philosophique dans le sud de la France, j’ai prononcé mes engagements définitifs en 2015. On m’a proposé de revenir en Suisse au Points-Cœur de Genève, où je suis avec sept autres femmes, engagées comme moi ou partageant notre vie pour un temps comme étudiante ou jeune professionnelle. Notre vie est rythmée par la prière et des temps en communauté.

Je travaille aussi au secrétariat de notre paroisse et à l’aumônerie d’un lycée de l’état du Valais. Nous nous rendons également disponibles pour nos amis, nos voisins, les personnes que nous rencontrons et qui en ont besoin, pour les accompagner humainement et spirituellement.

Nos liens d’amitié grandissent, nous permettent à chacun d’expérimenter la présence du Christ à nos côtés. Et c’est très beau !

 

Catholiques en Vendée n°183 – janvier 2020

Share This
Essayez-le maintenantRedemander plus tardNe plus afficher