Fin de la mission des chefs religieux du Conseil interconfessionnel et du Conseil interreligieux dans les villes et villages du pays. «Nous avons apporté un message d’amour et de réconciliation qui a touché les cœurs» malgré les nombreuses difficultés rencontrées par l’Église, qui manque de ressources dans un pays «affamé et en proie à la violence», témoigne Mgr Edward Hiiboro Kussala, évêque de Tombura-Yambio et membre catholique de la délégation.

Share This