C’est un nouveau cri de douleur pour les souffrances infligées par la répression sanglante de la junte militaire birmane, mais aussi une invitation aux Birmans à ne pas perdre la foi et l’espérance en l’aide de Dieu pour le retour de la paix dans le pays qui a été lancé dimanche 20 juin par le cardinal Charles Maung Bo, archevêque de Rangoun et président de la Conférence épiscopale birmane.

Share This