Carmel de Luçon

LUÇON

Logo du carmel de luçon

La congrégation

Le Carmel tire son nom et ses origines du Mont Carmel, situé dans le prolongement de la baie de Haïfa en Terre Sainte. Lieu isolé, donnant une vue étendue et magnifique sur la Mer Méditerranée ainsi que sur la plaine alentour. Il est cité bien des fois dans l’Ancien Testament. Les frères de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel demandent une Règle de Vie vers 1206 au patriarche de Jérusalem, St Albert. C’est la première trace officielle que nous avons de l’Ordre.

 

En 1562, Sainte Thérèse d’Avila fonde le Carmel St Joseph d’Avila, premier Carmel de la réforme, c’est-à-dire des Carmélites Déchaussées, vivant en petit nombre l’idéal contemplatif des premiers ermites et une vie fraternelle plus intense. 

 

Bien qu’avec parfois de grandes difficultés, les carmels se multiplient en France. A leur tour, ils essaiment en bien d’autres contrées (Terre Sainte, Inde, Vietnam, Madagascar, Sénégal…). Suite au Concile Vatican II et à l’aggiornamento demandé, le Saint Pape Jean-Paul II promulgue les Constitutions de 1991, pour lesquelles ont opté les monastères regroupés dans les fédérations du Sud-Est, du Sud-Ouest et du Nord. Le Carmel de Luçon est rattaché à la fédérations du Sud-Est.

CONTACT

14 rue de l’Union Chrétienne, 85400 LUÇON 

02 51 56 15 45

prieure.carmel.lucon@wanadoo.fr

 Site officiel 

 

PRIEURE :

  • Soeur Marie-Roselyne Emmanuel
Sœurs du Carmel de Luçon

Un peu d’Histoire :

Carmel de Luçon a été fondé en 1847, par le Carmel de Nantes, à la demande de Mgr Baillès, alors évêque de Luçon, pour prier particulièrement pour ce diocèse en ruine à la suite de la Révolution. Les carmélites n’ont jamais quitté ce lieu d’origine. Les constructions sont monastiques, claires, classiques et sobres, en pierres de la région, réalisées entre 1847 et 1858. 

 

La Chapelle restaurée en 1996-1997, offre un espace de recueillement sobre et beau, propice à la liturgie et à la prière silencieuse. Les vitraux carmélitains et les bas reliefs bibliques (sculpteur : C. Gruer) donnent une possibilité de catéchèse appréciée. Les lieux de vie restructurés en 2007-2008 favorisent le silence et la solitude et les cloîtres restaurés en 2013-2014 portent un bel espace de lumière et de paix. Une vingtaine de moniales d’âges très divers y vivent de la tradition carmélitaine thérésienne, post conciliaire.

Share This