Le président Kais Saied s’est octroyé les pleins pouvoirs le 25 juillet et a suspendu le Parlement, en affirmant vouloir « sauver » la Tunisie, rongée par des mois de blocages politiques. En instaurant ce régime d’exception, dénoncé par ses adversaires du parti islamiste Ennahdha comme un « coup d’Etat », Kais Saied a également levé l’immunité parlementaire des députés.

Share This