Ils témoignent de leur foi

Témoignage de Florence Emerit,

vierge consacrée, enseignante au Fenouiller

Florence Emerit

Florence Emerit, vierge consacrée, enseignante au Fenouiller

 

Comment est née et a grandi votre vocation religieuse ?

 

 J’ai eu la grâce de recevoir le baptême, d’aller à la messe chaque dimanche, de participer à des pèlerinages (à Lourdes, entre autres…).

Lorsque j’avais 10 ans, mes parents ont découvert le Renouveau charismatique, et j’ai rencontré des centaines de personnes qui montraient leur joie de croire et pour qui la prière était naturelle. On chantait beaucoup aussi, des textes de la Parole de Dieu.

Comment est née votre vocation définitive et pourquoi en tant que vierge consacrée ?

J’ai ressenti un premier appel à être épouse du Christ, vers 26 ans. J’ai pu prendre une année sabbatique dans la Communauté du Verbe de Vie, à Aubazine : 9 mois pour prendre le temps, me laisser aimer, connaître davantage Jésus et l’Eglise.

Mais je n’ai pas été confirmée dans mon appel à la vie religieuse en communauté. Donc, je suis revenue en Vendée, j’ai repris mon métier d’enseignante. Et puis, par la Communauté Réjouis-toi, j’ai découvert la vocation de vierge consacrée, et là, j’ai su que « c’était ça ! Enfin ! ».

J’ai reçu la consécration des mains de Mgr Santier, dans ma paroisse, entourée de ma famille, amis, consacrées, élèves, collègues.

Comment vivez-vous votre vocation aujourd’hui ?

 

On ne reçoit pas de mission spéciale ! A part celle de prier et d’être témoin de l’Amour du Christ (comme tout baptisé, d’ailleurs). Etant catéchiste, j’essaie de transmettre aux enfants ce que j’ai moi-même reçu : ma joie de croire en Jésus !

 

Catholiques en Vendée n°170 – Novembre 2018

Share This
Essayez-le maintenantRedemander plus tardNe plus afficher