Ils témoignent de leur foi

Témoignage de Frère Antoine-Marie Leduc,

de l’ordre des Carmes déchaux.

Frère Antoine-Marie Leduc

Frère Antoine-Marie Leduc, de l’ordre des Carmes déchaux, originaire du bocage vendéen.

 

Comment est née votre vocation ?

 

Le premier appel entendu a eu lieu à l’abbaye de Solesmes le 12 novembre 1988, alors que j’étais étudiant en droit à Angers. Lors de l’adoration eucharistique, je ressentis le désir de consacrer ma vie au Seigneur en mettant en pratique les enseignements de l’évangile, et devenir « un homme de Dieu ».

Formé chez les Scouts de France, j’avais le désir aussi d’être utile, et je m’orientais donc tout d’abord vers la vie missionnaire, avec les Lazaristes (Congrégation de la Mission), et je débutais le séminaire à Nancy en 1990. Cependant, après avoir lu les manuscrits autobiographiques de la Petite Thérèse, je fus fortement interpellé par son témoignage de vie, tandis que durant l’année de service militaire, un ami me fit découvrir l’existence des Carmes.

Après deux ans au séminaire et suite à une retraite d’exercice spirituel ignatien, je suis rentré dans l’Ordre des Carmes déchaux à Avon, il y a 25 ans.

Dans quel contexte vivez-vous votre vocation ?

 

Depuis 3 ans, par l’intermédiaire de mes supérieurs, on m’a appelé au service du Saint Siège, pour une mission et un service d’Eglise à caractère administratif et juridique, ayant une formation en droit canonique et une expérience dans l’accompagnement des communautés religieuses.

Je vis donc dans un contexte international, en communauté comme à la Congrégation pour les instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, nom officiel du Dicastère où je travaille.

Ce travail me fait découvrir les ombres (surtout) et les lumières (un peu) de la vie consacrée aujourd’hui, puisqu’il s’agit essentiellement de résoudre des problèmes de gouvernement dans les Instituts, de discipline des personnes, et de supervision générale de la vie des instituts.

Quel message pouvez-vous faire passer aux jeunes qui se posent la question de la vocation ?

La dynamique de vie, qui nous a saisis en tant que religieux et qui nous porte chaque jour, peut se résumer en 3 verbes : aimer, imiter, et servir.

Nous sommes fidèles à notre engagement dans la mesure où nous aimons de tout notre cœur la personne de Jésus, nous voulons vivre en relation avec lui, ce qui s’exprime dans notre vie de prière personnelle et la méditation de la Parole de Dieu, ensuite nous recherchons à vivre comme lui, en particulier en essayant de vivre l’évangile dans notre vie fraternelle en communauté, et nous voudrions enfin lui rendre service pour exprimer notre amour en acte et en vérité, dans les tâches et services qui nous sont demandés.

Catholiques en Vendée  n°158 – Octobre 2017

Share This
Essayez-le maintenantRedemander plus tardNe plus afficher