Depuis le début de l’année, près de 4 000 demandeurs d’asile, en majorité des Irakiens, sont arrivés en Lituanie en passant par le Belarus. Une nouvelle illustration de l’instrumentalisation des personnes réfugiées et de l’utilisation de la non-coordination des Européens sur la politique migratoire communautaire par des pays voisins, analyse Matthieu Tardis, chercheur au Centre migrations et citoyenneté de l’Ifri.

Share This