Incarcérations arbitraires, violation des droits humains, instrumentalisation de la justice à des fins de vengeance politique, la Conférence épiscopale bolivienne ne cache pas sa préoccupation devant la dégradation de la situation depuis la crise politique de 2019.

Share This