Le samedi 5 juin, le Burkina Faso a subi la pire attaque terroriste depuis 2015 et le début des attentats commis par des islamistes. Entre 132 et 160 civils ont été massacrés dans l’Est du pays. Cette violence se nourrit de problèmes qui sont bien antérieurs à l’apparition au Sahel des groupes djihadistes. Analyse.

Share This