La crise migratoire exige une réponse «humaine et évangélique» indépendamment des questions de droit : c’est l’avertissement lancé par la Commission pour les migrations de la Conférence épiscopale polonaise (Kep) après le rejet à la frontière d’une quarantaine de réfugiés d’Irak, de Syrie et d’Afghanistan en provenance de Bélarus.

Share This