Le mardi 22 juin, Mgr Jacolin a rencontré des éleveurs avicoles touchés par la grippe aviaire. Une rencontre organisée par le CMR et l’ACO.

Mgr Jacolin auprès des exploitants avicoles (©Diocèse de Luçon)

Depuis fin février 2022, la Vendée a été durement frappée par la crise de la grippe aviaire. Plus de 4000 salariés sont en arrêt depuis plusieurs mois (et encore pour de nombreux mois). La perte globale est estimée à 1 milliard d’euros. Il faut bien comprendre que l’ensemble du secteur de production et élevage, mais aussi les transporteurs, les abattoirs, les services de nettoyage, ramassage, etc. sont concernés. Une reprise à l’identique est envisagée pour fin 2023, début 2024 au plus tôt.

Le secteur avicole Vendéen exprime beaucoup de crainte pour l’avenir de la profession. L’aspect psychologique avec la perte des animaux et la gestion de l’évacuation des cadavres, joue également sur le moral et les inquiétudes de éleveurs. Face à cette situation, comment l’Eglise peut apporter des réponses et son soutien ?

ECOUTE ET BIENVEILLANCE

A l’invitation du CMR (Chrétiens en Monde Rural) et de l’ACO (Action Catholique Ouvrière) de Vendée, Mgr François Jacolin a rencontré plusieurs éleveurs avicoles du Boupère, ainsi qu’une salariée du secteur industriel, et plusieurs membres du CMR et ACO. Egalement présent, les pères Laurent Sachot, résident au Boupère, et Michel Grolleau, curé de la paroisse. Avec bienveillance et intérêt, l’évêque de Luçon a prit le temps d’écouter pendant près de 2 heures les personnes présentes, pour comprendre la crise de la grippe aviaire et les enjeux de la situation. Il a souligné « un vrai sentiment de solidarité, d’esprit d’équipe« , tant du côté des éleveurs que des industriels concernées. Une solidarité autour du métier d’éleveur de volailles et canards qui caractérise ce secteur et que les exploitants ont aussi relevé.

Mgr Jacolin auprès des exploitants avicoles (©Diocèse de Luçon)
Mgr Jacolin auprès des exploitants avicoles (©Diocèse de Luçon)
Mgr Jacolin auprès des exploitants avicoles (©Diocèse de Luçon)

LA PLACE DE L’HOMME DANS LA NATURE

Pour les éleveurs, le métier de paysan est au coeur de la vie de la société. Production alimentaire, énergétique (photovoltaïque, ENR), entretien du territoire et paysage (haies, etc.) : les agriculteurs sont les acteurs du dynamisme du territoire. Pourtant, dans la situation actuelle, beaucoup ont l’impression que le bien-être animal est prioritaire sur la question du bien-être de l’Homme.

Et ils soulignent que, paradoxalement, « les freins au bien-être animal (plein air, bio, etc.) sont les demandes sanitaires où il faut réenfermer les volailles par exemple« . Une « déconnexion entre le terrain et l’administration qui révèle un manque d’écoute du monde agricole qui [nous] nourri. » et qui accentue le mal-être et les inquiétudes des exploitants qui se retrouvent coincés entre deux feux tout en ayant une crise sanitaire et économique dans leur secteur. 

Mgr Jacolin auprès des exploitants avicoles (©Diocèse de Luçon)

L’ENTRAIDE COMME FORCE

En conclusion, Mgr Jacolin s’exprimé sur son ressenti : « on se sent très petit devant une crise comme celle-là et ses répercussions multiples« . Face à la brutalité de la crise aviaire et le contexte de remise en cause général du fonctionnement de l’agroalimentaire, l’évêque de Luçon a de nouveau fait ressortir « l’entraide, le soutien, la recherche commune de solution » des éleveurs.

Il a également insisté sur la « richesse des vendéens : la solidarité de proximité, élément encourageant où personne ne peut s’en tirer seul dans son coin » et qui fait une des « grandes forces de la Vendée« . Après ce temps d’échange, un moment de partage convivial a eu lieu avec les différents acteurs présents, durant lequel la radio RCF Vendée a pu réaliser un reportage que vous retrouverez ci-dessous. 

Mgr Jacolin auprès des exploitants avicoles (©Diocèse de Luçon)

REPORTAGE RCF VENDÉE

(à partir de 15’30)

Share This