Dans l’évaluation de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, le Vatican a obtenu 5 jugements d’efficacité «substantielle» et 6 d’efficacité «modérée». En aucun cas, elle n’a été jugée «faible». Pour le président de l’ASIF, Carmelo Barbagallo, il s’agit d’un «encouragement à faire encore mieux».

Share This