Que l’invisible se rende visible parmi nous ! 

« Dieu, personne ne l’a jamais vu. Le Fils unique, lui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître » Jésus est Dieu. Il nous montre qui est Dieu dans son souci de l’humanité. Elle est très étrange la manière dont cela s’est réalisée à Bethléem. Une famille sur la route. Auprès de Joseph, Marie qui donne naissance à l’enfant Jésus, dans l’endroit inconfortable d’une crèche. C’est un peu de ces invisibles dont parle le Message de la Mission Ouvrière cette année. Les premiers visiteurs, les bergers, des gens ordinaires, gardiens d’animaux.


Ténèbres et lumière

Dans cet évènement guère visible à son époque se joue l’avenir du monde, le relèvement de beaucoup de gens, le renouvellement de la création si souvent malmenée. « En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes. La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée » L’année 2020 restera dans l’histoire comme un temps assez terrible de ténèbres, avec le surgissement d’événements imprévus, qui nous mettent à nouveau devant la précarité de nos vies, de nos sociétés.

Des inégalités économiques insupportables avec les dividendes démesurés pour certains actionnaires au prix de suppression d’emplois,   une violence  multiforme dont les actes de l’Islamisme, avec plusieurs assassinats celui d’un professeur, Samuel Paty, et trois personnes dans une église, Simone Barreto, Nadine Devillers, Vincent Coquès tuées pour leur foi en Jésus Christ, des gens tout ordinaires, à la vie parfois un peu cabossée mais qui entretenaient un lien fort avec Dieu et témoignaient à leur manière de leur attention aux autres.

Bien sûr, la pandémie du Covid a enténébré la vie de beaucoup de nos existences, de nos familles. Le monde du travail lui-même en est transformé, avec de nouveaux fonctionnements, de nombreuses incertitudes. Je pense tout spécialement aux jeunes arrivant sur le marché de l’emploi dans une telle situation. Cependant notre époque sert de révélateur, pas seulement des ténèbres mais aussi de la lumière qui ne s’éteint pas. Combien d’invisibles sont devenus au grand jour indispensables et espérons-le mieux reconnus par la société. Combien de personnes agissent de bien des façons, même si la vie associative et les lieux habituels d’engagement se trouvent fragilisés. Combien d’enfants, de jeunes gardent pleine confiance en l’avenir !


Les trois soins

Pour terminer ce mot, je me permets de développer une expression que l’on entend souvent : « Prenez soin de vous !», « Prends soin de toi ! » Pour les chrétiens, la fête de Noël nous rappelle comment Dieu, le premier prend soin de nous, pour que nous-mêmes, nous prenions soin d’autrui. Trois soins me semblent indispensables à toute personne humaine, à toute société :

Le soin du corps, ô combien nécessaire en cette période de maladie. Nous pensons aux souffrants et à tous les soignants, les aidants. C’est en même temps le respect et la protection de notre environnement naturel.

Le soin du cœur,des relations, si précieux en ces temps de confinement, pour les personnes isolées et pour les gens dont l’existence est fragilisée en ce moment. C’est aussi la construction du vivre ensemble dans la conscience du bien commun.

Le soin de l’âme, du sens de la vie sur terre et après la mort, des valeurs à promouvoir et à transmettre entre les générations, de la beauté, de la spiritualité, du lien avec Dieu pour les croyants. 


Que la lumière de la Nativité l’emporte sur les ténèbres ! 

Que l’année 2021 soit celle de la confiance retrouvée et de l’espérance !

 

                                                                                                   Robert Daviaud

Edito du journal de la Mission Ouvrière de Vendée (décembre 2020)

                                                                                                        

Generated by Feedzy
Share This