A l’épreuve des crises : enquête sur les budgets des plus précaires 

Le Secours Catholique publie ce 17 novembre 2022 son rapport sur la pauvreté. Il préconise plusieurs actions autour des axes : rassembler, protéger et anticiper.

Le Secours Catholique en Vendée

En Vendée, la délégation du Secours Catholique est une des plus importantes de France. Elle compte 2100 bénévoles répartis dans 32 équipes avec 71 lieux d’accueil. « 8 épiceries solidaires et 13 lieux de distribution permettent aux personnes en précarité d’avoir accès à une alimentation diversifiée, en lien avec la Banque alimentaire de Vendée et des partenaires locaux. Pour 2021, l’achat des produits frais s’est élevé à 116 400 € » complète la délégation Vendéenne qui comptabilise 30 000 passages dans ses 31 boutiques solidaires.

Au total au cours de l’année 2021, ce sont 109 000 € qui ont été attribués sous forme d’aides financières (règlement de factures d’énergie, loyer, etc…) ou d’aides à vivre. 

Sur le département, l’association est impliquée dans l’accueil des sans-abri avec « 6 lieux en Vendée aux Herbiers, à Montaigu, à Mortagne sur Sèvre, à Sainte Hermine, aux Epesses et à Rocheservière » et dénombre « 224 passages dans les haltes avec des accueils adaptés […] en raison du contexte sanitaire« 

Du côté des familles « 984 journées de vacances ont été offertes en 2021 » et de nombreuses actions ont été menées comme chaque année, tant en terme d’accompagnement scolaires, apprentissages du français, etc. Enfin, pour les prisons 559 proches de personnes détenues à la maison d’arrêt de La Roche-sur-Yon ont été accueillies. Au total ce sont 10 400 familles qui ont pu être soutenues.

Un reste à vivre de 5 € par jour et par personne

Le rapport pointe des profils précis en ce qui concerne les personnes accueillies : « surtout des femmes seules 25%, suivies par les mères isolées 24%, et les hommes seuls 21%. On observe aussi un vieillissement continu de la population accueillie, en Vendée, les + de 50 ans sont passés de 38% à 41%, alors que les 25 – 49 ans diminuent de 56% à 53%. Concernant la proportion des étrangers accueillis par nos équipes locales, elle représente 14%. »

Si le niveau de vie médian des personnes accueillies par le Secours Catholique est de 548 € au niveau national (soit la moitié du seuil de pauvreté), il est un peu plus haut en Vendée, grimpant à 697 €. Mais s’il y a bien un chiffre à retenir c’est celui du reste à vivre par jour et par personne : 5 €.

« Chaque jour, les plus pauvres font face à des choix impossibles : manger ou payer le loyer (32% sont en logement précaire)? Se chauffer ou se déplacer ? A chaque crise, un problème supplémentaire, à chaque crise, ils repartent de plus bas. » alerte le Secours Catholique. « Il leur reste 5 euros/jour par personne pour faire face aux dépenses d’alimentation, hygiène, loisirs pour les enfants…« .

Dans le département l’alimentation est la première demande plafonnant à 63% (50% au niveau national), suivi par le besoin d’écoute (52%  contre 59% au niveau national) et enfin l’aide pour le paiement des factures d’énergie/eau/loyer de l’ordre de 17% (contre 18% au niveau national).

Bilan en Vendée

La délégation Vendée constate « une précarité qui s’ancre dans la durée, avec des ressources insuffisantes pour faire face aux dépenses de la vie courante. » L’équipe départemental revient en conclusion sur l’initiative pour aller au plus près des personnes en fragilité, et les sortir de leur isolement : le Fraternibus. « Un camping-car [qui] sillonne les communes de la Roche Agglo. Le projet est basé sur les talents des bénévoles et des personnes rencontrées. Le Fraternibus est un vrai outil pour renforcer le lien social.« 

Enfin le Secours Catholique en Vendée remercie les 5000 donateurs qui « ont permis d’accompagner et de développer des projets au profit des personnes en précarité« .

Share This