Renouveau du séminaire Saint-Jean

Samedi 26 novembre, le Séminaire interdiocésain Saint-Jean, accueillait son Excellence Mgr Celestino Migliore, Nonce apostolique en France. Les évêques des Pays-de-la-Loire ainsi que quelques évêques voisins et émérites ont découvert avec lui et inauguré les travaux qui ont entièrement rénové le bâtiment et « permis d’inscrire, dans les murs, la réforme de la formation des séminaristes » a introduit le père Bourget, recteur du séminaire.

Le séminaire Saint-Jean, à la faveur d’une rénovation nécessaire des locaux, est passé d’un modèle « grand internat » à un fonctionnement plus familial. Le bâtiment comprend à présent sept fraternités : des appartements qui accueillent cinq ou six séminaristes, en mêlant les années de formation et les diocèses d’origine. Chacun des 7 logements ou « fraternités » est composé d’une cuisine et d’une vaste pièce de vie, d’un espace de coworking, d’une buanderie, et de chambres individuelles mais pas trop grandes pour inciter les séminaristes à partager l’espace commun.

Le séminaire de Lyon a déjà réalisé un changement de cet ordre. A Paris, le séminaire est composé de plusieurs maisonnées en paroisses. A Nantes, la dynamique de la grande communauté est conservée pour les offices, les repas et les cours. La « fraternité » prend le relai et favorise une vie ensemble avec les joies et les exigences que cela impose. Chacun prend sa part dans la vie quotidienne : courses, préparation des repas, ménage… L’année se déroule sous le regard attentif des « frères ».

Cela fait tout-à-fait écho à la nouvelle ratio* qui met vraiment en valeur l’aspect humain de la formation des futurs prêtres avec quatre niveaux de développement simultanés : humain, intellectuel, pastoral et spirituel. On ne parle plus de cycles de formation mais d’étapes de maturation.

Elles se déclinent ainsi : propédeutique, disciple missionnaire, configuration au Christ (pasteur, serviteur, époux et prêtre), la synthèse vocationnelle (dernière année). Chaque étape développe des éléments de maturité humaine et spirituelle. La vie fraternelle au séminaire est le levier le plus important de la formation humaine.

Le Père Bourget le constate déjà : « On sentait bien que l’organisation du séminaire ne correspondait plus au profil des jeunes qui arrivaient – certains ayant déjà eu une vie autonome de plusieurs années se sentaient infantilisé – ni au mode de vie actuel des prêtres. Aujourd’hui on peut vraiment dire que la Mission commence ici, l’aspect communautaire de la vie participe de la formation du futur prêtre ».

​Et les séminaristes témoignent « avant on vivait les uns à côté des autres, aujourd’hui on vit ensemble. On partage les bons et les mauvais moments et on grandit humainement et intérieurement ».

Isabelle Nagard

Un nouveau logo !

Cette inauguration a été l’occasion de dévoiler un nouveau logo pour le séminaire interdiocésain. Inspiré d’une fresque de l’église Saint-Denis de Pontigné, dans le diocèse d’Angers, il représente un aigle, emblème de l’évangéliste Jean. Le livre qu’il tient dans ses serres, ce sont les Saintes Ecritures, âme de la théologie. Ce logo symbolise le séminaire, lieu où les futurs prêtres se laissent pétrir par la Parole de Dieu pour être configurés au Christ serviteur et pasteur. Ainsi, la tête et le regard s’élève, tendu vers Dieu, notre espérance. La couleur brique rappelle le bâtiment du séminaire.

* Suite à la promulgation de la Ratio fundamentalis institutionis sacerdotalis, le 8 décembre 2016, et afin de répondre aux défis actuels dans le domaine de la formation des futurs prêtres, la Conférence des évêques de France a rédigé une Ratio nationalis institutionis sacerdotalis française, intitulée « Former des prêtres pasteurs et missionnaires », en tenant compte du contexte socio-culturel de notre époque. Promulguée en février 2022 et accompagnée d’une Ratio studiorum elle est mise en œuvre depuis le 8 septembre dans tous les séminaires, tant diocésains qu’interdiocésains.

Share This