Quel est le rôle des parrains-marraines ?

Quel est le rôle des parrains-marraines ?

Et comment y répondre ?

« Accepterais-tu d’être parrain/marraine de notre enfant ? ». Voilà une demande qui peut à la fois nous honorer, et nous inquiéter quelque peu… C’est quoi au juste être parrain/marraine, et à quoi cela m’engage-t-il ?

QF Parrain Marraine

Le parrainage d’un enfant (ou d’un adulte) n’est pas qu’une marque d’affection envers celui ou celle qui va recevoir le sacrement, ou de sa famille. C’est une véritable « mission », qui nous engage à accompagner la personne sur son chemin de foi chrétienne et de vie humaine.

Cet accompagnement est notamment signifié lors de la célébration du Baptême, par la profession de foi et la remise du cierge, allumé au Cierge Pascal qui signifie la présence vivante du Christ dans l’Eglise. Lors de la Confirmation, le parrain ou la marraine accompagnera le confirmant en posant la main sur son épaule. Ces signes expriment bien le rôle d’accompagnateur « aîné dans la foi » des parrains et marraines.

Au-delà de la célébration du Baptême, ce rôle d’accompagnement se jouera, dans la mesure du possible, dans une proximité relationnelle avec l’enfant et le jeune. Cela pourra prendre différents aspects, selon les âges et les étapes de la vie du baptisé. En premier lieu, l’accompagnement et la présence aux grandes étapes liturgiques du chemin de foi du filleul (Première Communion, Profession de Foi, Confirmation…), mais aussi lors d’évènements de la vie courante : anniversaires, compétitions sportives, représentations artistiques et pourquoi pas une invitation à venir passer quelques jours de vacances !

« Prier régulièrement pour leur filleul est le meilleur cadeau que puissent faire des parrains/marraines à celui-ci »

Les parrains/marraines pourront avoir un rôle essentiel de témoignage et d’écoute auprès de l’enfant et du jeune, particulièrement lors de l’adolescence. A cette époque de la vie, toujours pleine de questions et parfois douloureuse, où le modèle parental peut être remis en cause, le jeune pourra trouver en la personne de son parrain ou de sa marraine une oreille attentive, un confident ou une confidente adulte (différenciée des parents), qui saura l’aider à trouver des réponses à ses questions et à persévérer dans son chemin de foi.

Cet accompagnement « de proximité » sera parfois rendu difficile à cause de l’éloignement géographique… Dans ce cas, les marques d’amitié comme les appels téléphoniques, les cartes d’anniversaires, les petits cadeaux, permettent de maintenir le lien. Il sera alors particulièrement important pour les parrains/marraines de faire leur possible pour accompagner leur filleul lors des grandes étapes de leur chemin de vie chrétienne, et d’y prendre le temps d’un véritable dialogue avec lui.

Quoi qu’il en soit, éloignés ou proches, l’essentiel se joue dans l’invisible… Prier régulièrement pour leur filleul est sans doute le meilleur cadeau que puissent faire des parrains/marraines à celui-ci. C’est un accompagnement discret, mais efficace, enraciné dans la confiance en Dieu.

Par Thierry Ouzet, diacre

Baptême - Cathopic

Futurs baptisés : « ils ont une fraîcheur dans la Foi »

Futurs baptisés : « ils ont une fraîcheur dans la Foi »

Mgr Jacolin nous parle des catéchumènes dans notre épisode de cette semaine. Il revient aussi sur la Journée des fiancés du diocèse qui s’est déroulée le 12 mars. Et annonce que le diocèse comptera 29 paroisses au 1er septembre prochain.

Baptême d’adulte en Vendée durant la Vigile Pascale (©D.Fugère)

Mgr Jacolin nous parle des catéchumènes dans notre épisode de Vie dans le diocèse sur RCF Vendée. « Ils ont une fraîcheur dans la Foi » constate notre évêque à l’issu de l’appel décisif qu’ils ont pu vivre le 6 mars dernier. Pour beaucoup « c’est une rencontre fulgurante avec le Seigneur » qui les a appelé à se mettre en chemin vers le baptême.

Pendant le Carême ils vivront les scrutins, « des actes liturgiques » rappelle Mgr Jacolin, en vue du baptême, moment « où le Seigneur nous rejoint au plus intime et nous fait entrer dans une famille« . C’est « un frère ou une soeur qui nous est donné » conclue l’évêque de Luçon.

Mgr Jacolin revient aussi sur la Journée des fiancés du diocèse qui s’est déroulée le 12 mars en l’église St Louis de La Roche-sur-Yon avec près de 80 couples fiancés. Il insiste sur un des aspects que l’on a pu entendre dans les témoignages : « entretenir la prière seul et en couple » car elle aide « l’amour à se construire« .

Enfin, en conclusion notre évêque annonce que les nouvelles paroisses du diocèse seront au nombre de 29, soit une réduction de moitié, et leurs noms seront connus d’ici la fin du mois. Des nouvelles paroisses qui désormais auront à « collaborer et construire ensemble » en vue de leur application le 1er septembre 2022.