Charles de Foucauld : « Un bel exemple de converti qui a cherché son chemin »

Charles de Foucauld : « Un bel exemple de converti qui a cherché son chemin »

Dans notre émission cette semaine, le père Jean Bondu nous parle de la canonisation de Charles de Foucauld, les Première Communion et Confirmation qui se déroulent en ce moment, et nous terminons par un petit mot sur l’Enseignement catholique de Vendée.

Ce 15 mai se déroule la canonisation de Charles de Foucauld. Pour le père Jean Bondu « Il est un bel exemple de converti qui a cherché son chemin« . « Nous ne sommes pas au Christ une fois pour toute. Il faut sans cesse revenir à Lui » ajoute le père Jean. En concluant sur le sujet, il insiste sur le lien particulier entre la Vendée et Charles de Foucauld grâce à l’association sacerdotale Jésus Caritas « qui a son siège en Vendée » et dont l’évêque de Luçon « est le protecteur« .

Nous abordons dans un 2e temps les Première Communion et Confirmation qui se déroulent en ce moment et jusqu’à la fin du mois de juin. « Nous sommes heureux de faire découvrir la messe, la Foi de l’Eglise » explique le père Bondu, ajoutant que « le chemin ne se termine pas » à ce moment-là. Une belle occasion aussi d’évangéliser auprès des familles qui entourent les enfants ce jour-là.

En conclusion, l’abbé Bondu nous invite à prier pour le discernement et les futurs nominations des chefs d’établissements en Vendée (primaire, collège et lycée) qui se décident en ce moment.

Pourquoi y-a-t-il des saints et des bienheureux ?

Pourquoi y-a-t-il des saints et des bienheureux ?

 Qui sont-ils pour nous ?

Des « frères aînés », tels sont les saints ! Non point des protecteurs vaporeux, mais des exemples vivants pour chacun.

QF Parrain Marraine

Des « frères aînés », tels sont les saints ! Souvent, dans une famille, on veille à ce que l’aîné soit un modèle pour les petits frères. Car les cadets regardent le « grand » et s’inspirent de sa conduite. Ainsi les saints nous fascinent et nous orientent. Ils ont connu d’autres difficultés que les nôtres, mais ils ont marché « comme s’ils voyaient l’Invisible » (He 11, 27), le Grand Frère aîné Jésus-Christ. Ils chantent par leur vie : « Toi seul es saint ».

Les premiers disciples de Jésus s’appelaient entre eux « les saints ». Nous sommes invités à la même sainteté aujourd’hui ; seul le contexte de vie a changé. Le parcours reste le même, s’il est regardé comme un pèlerinage. « Entourés d’une telle nuée de témoins » (He 12, 1), nous marchons, « joyeux de l’Evangile », sûrs de notre Dieu, humbles comme Marie.

Les saints deviennent, non point des protecteurs vaporeux, mais des exemples vivants. Ils nous « protègent » à condition que nous les imitions, vivant en leur compagnie, dans un dialogue familier et une incessante prière d’intercession. Ils déteignent sur nous au point de nous rendre conformes à la sainteté dont ils rayonnent ; ils nous apparaissent comme des « émanations » de l’amour divin et de ses charismes les plus drôles. Que n’ont-ils pas inventé pour traduire la proximité de Dieu ?

Les saints sont aussi des témoins de l’Au-delà. Leur vie affiche, le plus souvent en silence, une recherche passionnée de Dieu. Ils montrent par- là que les valeurs éternelles doivent imprégner notre comportement, que la terre nous offre un séjour provisoire, un temps limité, mais suffisant selon Dieu, pour préparer la « définitive éternité ». Ils ont compris l’enjeu d’une vie marquée au coin de l’amour. Ils ont vu la création tout entière, visible et invisible, comme « l’escabeau des pieds de Dieu ». (Ps 110, 1)

Dans cette ligne, on comprend que la mort soit une Pâque, un « Passage » vers la Vie définitive. Jésus, Le Saint, n’est pas revenu à une vie purement terrestre ; Il introduisait pour celui qui croit en Lui, l’éternité au sein de notre existence périssable. « Celui qui croit a la vie éternelle » (Jean 3, 14-15). Pour le saint, la vie éternelle est déjà commencée, il voit Dieu, sans panthéisme, « en toutes choses », et surtout en ses frères. La proximité de la mort ne faisait-elle pas dire à Sainte Thérèse de Lisieux : « J’entre dans la Vie ». Pour dire cela, il fallait qu’elle y soit déjà !

Qui sont les saints ? « L’immense cortège » des bienheureux, reconnus par l’Eglise comme modèles, et la « foule innombrable » de ceux dont la Préface des Saints dit qu’en « récompensant leurs mérites Dieu couronne ses propres dons ».

Par le chanoine Christian Daleau

POUR APPROFONDIR

⬇⬇⬇

Baptême - Cathopic