Mois de mai, mois de Marie

Mois de mai, mois de Marie

 Pourquoi le mois de Mai est le mois de Marie ?

Il s’agit pourtant du plus ancien et le plus connu des mois consacrés, officiellement depuis 1724.

QF Parrain Marraine

La dédicace d’un mois à une dévotion particulière est une forme de piété populaire dont on ne trouve guère l’usage avant le XVIIIè siècle. Ainsi dix fêtes marquantes du calendrier ont donné une teinte particulière à tous les jours du mois concerné, sauf février et avril :

Janvier est le mois du Saint Nom de Jésus depuis 1902 ; Mars, le mois de Saint Joseph, depuis 1855 ; Mai, mois de Marie est le plus ancien et le plus connu des mois consacrés, officiellement depuis 1724 ;  Juin, le mois du Sacré-Cœur depuis 1873 ; juillet, le mois du Précieux Sang depuis 1850 ; août, le mois du Cœur Immaculé de Marie ; Septembre, le mois de Notre Dame des Douleurs depuis 1857 ; Octobre, le mois du Rosaire depuis 1868 ; Novembre, le mois des Âmes du Purgatoire depuis 1888 ; Décembre, le mois de l’Immaculée Conception.

Cela fait cinq mois de l’année consacrés à la piété mariale !

 

Cette consécration est née à Rome. La promotion du mois de Marie doit beaucoup aux Jésuites. Au XIIIème siècle, le roi de Castille avait déjà associé dans son chant la beauté de Marie et le mois de mai.

Au siècle suivant, mai étant le mois des fleurs, un dominicain avait l’habitude de tresser des couronnes pour les offrir à la Vierge le 1er mai. Au XVIème siècle, St Philippe Néri exhortait les jeunes gens à manifester un culte particulier à Marie pendant le mois de mai.

« Marie n’est pas le terme de la prière, elle en est l’occasion »

C’est parce qu’il se termine par la fête de la Visitation, que le mois de mai nous invite à nous rapprocher de Marie pour la prier, la chanter et nous confier à sa médiation. Quand j’étais enfant, nous nous réunissions tous les soirs du mois de mai, à l’église,  vers 17 h pour dire le chapelet près d’une statue de la Vierge que nous avions ornée de fleurs.

Selon le missel Marial, Marie n’est pas le terme de la prière, elle en est l’occasion. C’est Dieu qui est loué pour le Salut accompli par son Fils, auquel Marie est associée par grâce. La plupart des représentations de Marie sont des Vierges à l’Enfant, car quand nous prions Marie, nous lui disons comme dans le cantique : « Donne-nous ton Fils ».

Pour moi, Marie est une médiatrice, dans les deux sens : A Cana, elle nous dit : « Faites tout ce qu’Il vous dira », nous invitant à imiter son Fils. Réciproquement, beaucoup de « Je vous salue Marie » sont accompagnés d’une intention de prière car nous avons confiance en Marie pour porter nos suppliques au Seigneur.

« Marie, prends nos prières, présente-les à Jésus. »

Par Geneviève Gaborieau

Baptême - Cathopic