La Fête-Dieu ou Fête du Saint-Sacrement

La Fête-Dieu ou Fête du Saint-Sacrement

Qu’est-ce que c’est ?

La Fête-Dieu ou Fête du Saint-Sacrement (2e dimanche après la Pentecôte) a été instituée au Moyen-Age pour commémorer la présence de Jésus-Christ dans le sacrement de l’Eucharistie. Elle est également appelée fête du Corpus Christi.

QF Parrain Marraine

UN PEU D’HISTOIRE

L’institution de cette fête est établie sous le pape Urbain IV le 8 septembre 1264. A l’origine l’impulsion décisive en vue d’une fête spécialement consacrée au Corps et au Sang du Christ fut donnée par sainte Julienne de Cornillon (qui reçu des visions mystiques invitant à ce qu’une fête dans laquelle les croyants pouvaient adorer l’Eucharistie puisse être instituée) et la bienheureuse Ève de Liège qui soutint la sainte liégeoise.

Le pape Urbain IV rendit la fête du Saint-Sacrement obligatoire pour l’Église universelle, bien que cette fête eu de la peine à s’imposer chez les évêques et les théologiens. Par la suite elle est devenue une fête populaire, parfois très célèbre comme en France et en Espagne. Dans les pays protestants elle a été amenée à disparaître mais nous la retrouvons tout de même dans l’Église anglicane qui a souhaité la conserver.

LES PARTICULARITÉS FRANÇAISES

Cette fête comporte de particularité lorsqu’elle est célébrée en France. Si elle est appelée fête du Corpus Christi ou Fête du Saint-Sacrement ailleurs, le nom de Fête-Dieu n’existe qu’en français. De plus, elle est célébrée normalement le jeudi qui suit la Trinité, c’est-à-dire soixante jours après Pâques, mais dans certains pays comme la France, c’est le dimanche d’après, en vertu d’un indult papal. 

Cette fête commémore la présence réelle de Jésus-Christ dans le sacrement de l’Eucharistie, c’est-à-dire sous les espèces du pain et du vin consacrés au cours du sacrifice eucharistique, c’est à dire la messe. C’est la célébration du Dieu d’amour qui se révèle en donnant son corps et son sang, en se donnant à nous comme nourriture de vie éternelle. 

LA TRADITION DE LA PROCESSION

Traditionnellement lors de la Fête-Dieu, une procession se déroule dans les rues de la ville. Le prêtre porte l’Eucharistie dans un ostensoir au milieu des rues et des places. A l’époque celles-ci étaient richement pavoisées de draperies et de guirlandes. On abrite le Saint-Sacrement sous un dais (une sorte de tenture en forme de petit chapiteau) porté par quatre personnes, très souvent des séminaristes ou servants d’autels mais cela peut-être aussi de simples paroissiens. Cette procession était entrecoupée de stations et de prières à des autels provisoires ornés, appelés reposoirs, disposés le long du parcours.

La tradition de la procession a eu tendance à fortement diminuer (si ce n’est disparaître par endroit) ce qui fait que ces dernières années seules quelques grandes villes et villages ruraux conservent ces processions. A noter que certaines régions à fortes identités territoires tel que le Pays Basque, la Vendée, l’Alsace ou encore la Bretagne, font partie des endroits où ces processions ont été maintenues.

D’ailleurs, on y retrouve la tradition des tapis de fleurs sur le parcours de la procession qui s’y perpétue (notamment en Bretagne à Ouessant, en Vendée à La Roche-sur-Yon et en Alsace à Geispolsheim), tandis qu’à Chennevières-sur-Marne la tradition est celle d’un long tapis de sciure vivement colorée devant le reposoir. 

FO’M

Les Sables d'Olonne Reposoir Marine - Source lachouettedevendee
Les Sables d'Olonne Reposoir Marine - Source lachouettedevendee