Les Iraniens sont appelés aux urnes le 18 juin pour l’élection présidentielle. Après deux mandats du réformiste Hassan Rohani, l’heure semble à un retour des religieux conservateurs, mais la question de la légitimité du futur chef de l’État se pose dans un pays marqué par une profonde crise économique et sociale.

Share This