« C’est une invitation forte à ne jamais perdre l’espérance qui nous a été donnée » 

Jeudi 9 mai, en la fête de l’Ascension du Seigneur, le pape François a publié la bulle d’indiction annonçant le Jubilé ordinaire de l’Année Sainte en 2025. Intitulé ‘Spes non confundit’ (‘L’espérance ne déçoit pas’), le texte développe longuement ce thème de l’Année Sainte ‘Pèlerins de l’espérance’.

« Sous le signe de l’espérance, l’apôtre Paul stimule le courage de la communauté chrétienne de Rome. L’espérance sera également le message central du prochain Jubilé que le Pape proclame tous les vingt-cinq ans, selon une ancienne tradition. Je pense à tous les pèlerins de l’espérance qui arriveront à Rome pour vivre l’Année Sainte et à ceux qui, ne pouvant se rendre dans la ville des apôtres Pierre et Paul, la célébreront dans les Églises particulières. Qu’elle soit pour tous un moment de rencontre vivante et personnelle avec le Seigneur Jésus, “porte” du salut (cf. Jn 10, 7-9). Il est « notre espérance » (cf. 1 Tm 1, 1), Lui que l’Église a pour mission d’annoncer toujours, partout et à tous », indique le pape François.

« En route vers le Jubilé, revenons à l’Écriture Sainte et écoutons ces paroles qui nous sont adressées : « Cela nous encourage fortement, nous qui avons cherché refuge dans l’espérance qui nous était proposée et que nous avons saisie. Cette espérance, nous la tenons comme une ancre sûre et solide pour l’âme ; elle entre au-delà du rideau, dans le Sanctuaire où Jésus est entré pour nous en précurseur » (He 6, 18-20). C’est une invitation forte à ne jamais perdre l’espérance qui nous a été donnée, à nous y agripper en trouvant refuge en Dieu.

L’image de l’ancre évoque bien la stabilité et la sécurité que nous possédons au milieu des eaux agitées de la vie si nous nous en remettons au Seigneur Jésus. Les tempêtes ne pourront jamais l’emporter parce que nous sommes ancrés dans l’espérance de la grâce qui est capable de nous faire vivre dans le Christ en triomphant du péché, de la peur et de la mort. Cette espérance, bien plus grande que les satisfactions quotidiennes et l’amélioration des conditions de vie, nous porte au-delà des épreuves et nous pousse à marcher sans perdre de vue la grandeur du but auquel nous sommes appelés, le Ciel ».

Quatre jours après la bulle d’indiction du pape François, la Pénitencerie apostolique a publié le 13 mai les dispositions permettant d’obtenir et de rendre effective la pratique de l’Indulgence jubilaire. « Les fidèles réellement repentis (…) et animés d’un esprit de charité qui, au cours de l’Année sainte, purifiés par le sacrement de pénitence, et nourris de la sainte communion, prieront aux intentions du Souverain Pontife, obtiendront du trésor de l’Eglise, une pleine indulgence, la rémission et le pardon de leurs péchés, applicable aux âmes du Purgatoire ».

En 2025, les fidèles pourront recevoir l’Indulgence plénière jubilaire s’ils effectuent un pèlerinage dans une des quatre basiliques papales : Saint Pierre au Vatican, Saint Jean de Latran, Sainte Marie majeure, Saint Paul hors les Murs, ainsi que dans une des trois basiliques de Terre Sainte : le Saint Sépulcre de Jérusalem, la Nativité à Bethléem, l’Annonciation à Nazareth. Ils pourront aussi la recevoir auprès de tout lieu lié au Jubilé s’ils y participent pieusement à la messe, à une messe rituelle pour les sacrements de l’initiation chrétienne ou l’onction des malades, à une célébration de la Parole de Dieu, à la liturgie des Heures (office des Lectures, Laudes, Vêpres), au Chemin de Croix, au chapelet, à l’hymne Acathiste, à une célébration pénitentielle avec confession individuelle des pénitents.

32 millions de pèlerins sont attendus à Rome en 2025 pour ce Jubilé.

Anne Detter

 

.