Les saints du diocèse de luçon

Bienheureux Henri Planchat,

Fêté le 26 mai

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort - 28 avri

Bienheureux Henri Planchat, prêtre catholique français membre de la Congrégation des Religieux de Saint Vincent de Paul – Fêté le 26 mai

Mathieu Henri Planchat, né le 8 novembre 1823 à La Roche-sur-Yon, fusillé le 26 mai 1871 au cours du massacre de la rue Haxo à la fin de la Semaine sanglante de la Commune de Paris, est un prêtre catholique français membre de la Congrégation des Religieux de Saint Vincent de Paul. Reconnu martyr de la foi par le pape François, il est proclamé bienheureux le 22 avril 2023.

 

Henri Planchat naît dans une famille pieuse, dont le père est magistrat. Celui-ci est ensuite envoyé en poste à Chartres, à Lille puis nommé président du Tribunal d’Oran en Algérie. Malgré l’éloignement de sa famille, le jeune Henri poursuit à partir de 1837 ses études au collège Stanislas de Paris où il reste trois ans, puis les poursuit au collège de l’abbé Poiloup à Vaugirard, alors quartier périphérique en dehors de Paris. Il fait ses études de droit, comme le voulait son père, mais à peine son diplôme d’avocat en poche, il entre au séminaire d’Issy-les-Moulineaux

 

Durant ses études de théologie, il participe à l’une des Conférences de la Société de Saint-Vincent-de-Paul présidée par Jean-Léon Le Prevost. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de l’Institut des Frères de St-Vincent de Paul, fondé par Le Prevost en 1845, et qu’il découvre sa vocation. Il s’occupe alors des pauvres, de la bibliothèque de la paroisse et collabore au patronage des Frères de Saint Vincent de Paul. Il est ordonné prêtre le 21 décembre 1850. Il se présente trois jours plus tard devant Jean-Léon Le Prévost pour être accueilli en tant que premier prêtre au sein de la nouvelle congrégation des qui ne comptait jusqu’alors que des frères.

Bien qu’Henri Planchat soit étranger aux luttes politiques, le jour même du début de l’insurrection de la Commune dans Paris, le 18 mars, une bande d’insurgés envahit le patronage Sainte-Anne sous prétexte d’y saisir des armes. Ils fouillent la maison de fond en comble, mais ils ne trouvent pas d’armes.

Dessin de Bertal publié dans l’Album du Figaro deuxième édition 1875.
Le Jeudi Saint, 6 avril, un groupe de fédérés pénètre à Sainte-Anne, un commissaire, revolver au poing, lui notifie alors son arrestation. Il est conduit à la mairie du 20e arrondissement où il subit un interrogatoire. Le jour suivant, il est transféré à la Préfecture de Police. Le 13 avril, avec d’autres religieux prisonniers qui l’ont rejoint, il est transféré à la prison Mazas.

Le vendredi 26 mai, les combats deviennent plus intenses entre les Versaillais qui ont gagné presque tous les quartiers et les fédérés qui se replient sur les derniers bastions et barricades. Au début de l’après-midi, le Père Planchat, avec neuf autres ecclésiastiques et une quarantaine de civils sont extraits de la prison par le Colonel Émile Gois et conduits de la prison de la Grande Roquette, à travers les rues de Belleville, jusqu’à la Villa Vincennes, au 85 rue Haxo. Au long du chemin, des voix dans la foule les accueillent avec des injures et des cris de mort.

À six heures, lorsque les prisonniers arrivèrent rue Haxo, la foule s’est regroupée dans l’allée, frappe les prisonniers, les bousculant et les entraînent jusqu’à la murette du terrain vague. Soudain, un coup de revolver donna le signal du massacre. Une fusillade désordonnée éclata aussitôt. Cette tuerie dura près d’une demi-heure2.

Le Père Mathieu-Henri Planchat figure parmi les morts. 

(Extraits issu de la page Wikipedia)

Bienheureuse Marie-Louise Trichet
Bienheureuse Marie-Louise Trichet

Béatification du père Planchat, église St Sulpice, Paris, 22 avril 2023 – ©ParoisseStSulpice

Dessin de Bertal publié dans l’Album du Figaro deuxième édition 1875 – ©Domaine Public

.