Journée fraternelle des prêtres aînés de Vendée

Journée fraternelle des prêtres aînés de Vendée

Plus de 60 prêtres aînés rassemblés à la Maison du diocèse

Journée de rencontre fraternelle ce vendredi à la Roche-sur-Yon avec Mgr Jacolin et une soixantaine de prêtres aînés, vivant en maison individuelle.

Venus de tout le diocèse, ils se retrouvés autour de notre évêque pour un temps d’échange, avant de célébrer ensemble l’eucharistie, puis de partager un déjeuner.

Dans son homélie, reprenant les parole de Saint Paul dans la première lecture, Mgr Jacolin a invité chacun des prêtres présents à “mener le bon combat, celui de la foi, en se tenant aux paroles solides de notre Seigneur. Soyons vigilants à garder cette simplicité de l’Evangile, à ne pas l’édulcorer, mais à vivre de sa radicalité, loin de tout orgueil“.

Rendons grâce car le Seigneur nous a choisis pour que nous soyons témoins de la Bonne Nouvelle, dans un esprit de communion, dans la joie d’être ensemble ses frères et soeurs“, a conclu l’évêque de Luçon.

Pour le Père Bernard, “cette journée fait du bien car depuis plus d’un an et demi, nous ne nous sommes pas retrouvés ! “. Le père Émile, de son côté, se réjouit de “retrouver ses copains prêtres, de vivre un beau moment d’amitié“.

ADL

P. François Bidaud : “La catéchèse est au service de l’évangélisation”

P. François Bidaud : “La catéchèse est au service de l’évangélisation”

Comment la catéchèse est au service de l’évangélisation ?

Pourquoi est-il important de transmettre aux plus jeunes comme aux plus âgés ? Quelles sont les orientations catéchétiques pour le diocèse de Luçon ?

Ces questions, elles seront abordées lors de la Journée de rentrée de la Catéchèse, ce 18 septembre à l’ICES, et nous en parlons avec le père François Bidaud, vicaire épiscopal. “Il y a beaucoup d’enjeux aujourd’hui” notamment “le nouveau directoire pour la catéchèse qu’il faut s’approprier“.

Cet évènement sera aussi l’occasion de parler de la Révélation qui “le processus de la catéchèse“, c’est à dire “comment Dieu se communique à travers l’Histoire avec son peuple et l’avènement de Jésus, comment cela est déjà une pédagogie pour la catéchèse aujourd’hui pour nous“.

Dans cette émission nous revenons également sur les pèlerinages locaux de début septembre. Tradition autour de la fête de la nativité de la Vierge, qui donne aux paroisses et vendéens de vivre des moments uniques avec les messes en plein air, “qui rencontre un certain attrait auprès de jeunes familles et qui s’inscrit dans la tradition locale“. Un moyen “d’enraciner sa foi dans ce qui a été transmis par les générations précédentes” souligne le père Bidaud.

Enfin, le vicaire épiscopal nous présente l’évènement “Nos familles, belles et fragiles : si on en parlait ?” qui va se dérouler le 25 septembre prochain. Une marche pour tous, jeune et plus âgé, célibataire, veuf ou marié, pour parler de la beauté de la famille et des fragilités que chacune d’entre elle peut rencontrer.

17 septembre : Hildegarde de Bingen, sainte et écolo avant l’heure ?

17 septembre : Hildegarde de Bingen, sainte et écolo avant l’heure ?

Fondatrice de monastères, naturaliste, musicienne, peintre et visionnaire, elle est une sainte étonnante et détonante.

Le 17 septembre nous fêtons Ste Hildegarde de Bingen (1098 – 1179). Depuis quelques années, et en particulier la publication de “Laudato Si” et la tendance écologiste en vogue, cette sainte et docteur de l’Eglise connaît un profond regain d’intérêt. Mais qui est-elle ?

Dixième enfant d’une famille noble de Bemersheim, en Rhénanie, Hildegarde reçoit, dès l’âge de trois ans, des visionsEt cela durera soixante dix-huit ans. Confiée très jeune au couvent de Disibodenberg, Hildegarde prononce ses vœux perpétuels au couvent et reçoit, vers l’âge de quinze ans, le voile monastique des mains de son évêque. Devenue abbesse, elle s’en va fonder une autre communauté à Bingen puis une à Eibingen. Elle voyage, va où on l’appelle, prêche dans les cathédrales et les couvents, correspond avec toutes les têtes couronnées, les pontifes de son temps, saint Bernard et bien d’autres. 

Fondatrice de monastères, naturaliste, musicienne, peintre et visionnaire, elle est une sainte étonnante et détonante. Pour autant, sa canonisation « équipollente » (c’est à dire sans miracle) est tardive, celle-ci ayant lieu en 2012 sous Benoit XVI qui la proclame également Docteur de l’Eglise, faisant ainsi d’elle la quatrième femme (après Ste Thérèse d’Avila, Ste Catherine de Sienne et Ste Thérèse de Lisieux) parmi les 36 docteurs de l’Eglise.

POURQUOI “ECOLO AVANT L’HEURE” ?

Connue depuis longtemps pour ses visions, Ste Hildegarde touche un public de plus en plus large grâce à ses dons pour la musique et la médecine, domaines dans lesquels très peu de femmes ont laissé leur nom au Moyen Âge. Sa médecine des « simples » s’appuie essentiellement sur sa profonde connaissance des plantes, animaux, éléments, métaux ou pierres. Aujourd’hui, cette médecine intéresse principalement une population en quête d’alternatives à la médecine tradition­nelle.

A l’heure où l’on dénonce l’alimentation industrielle, le stress et les produits chimiques, ce retour au naturel plus écologique tend à plaire à un large public. Alimentation saine grâce aux « aliments de la joie », la place majeure de l’épeautre, de certains légumes, fruits, herbes médicinales et épices, des remèdes naturels à base de plantes et d’épices, des moyens d’éliminer les toxines accumulées dans notre organisme, les bienfaits du massage et de l’eau… Tant de domaine qui en font aujourd’hui une sainte pleinement d’actualité dont le message s’étend plus loin que la sphère catholique. Au point d’avoir été pendant la période “New Age” très à la mode dans ces milieux. « Nous avons le désir de nous développer, car Hildegarde doit être rendue à l’Église, après avoir été la mascotte des milieux ésotériques des années 1980 », explique François Delbeke, directeur du Grenier d’épeautre, dans Famille Chrétienne.

Maison de Louis et Zélie Martin - CC BY-SA 3.0 Pierre-Yves Emile (1)

PLUS QU’UNE SIMPLE ECOLOGISTE

Car au-delà de l’aspect purement “équilibre alimentaire”, les visions de la mystique Ste Hildegarde, ses textes et messages, sont un formidable appel à la conversion et à la (re)découverte du message du Christ. Et c’est bien pour cela que Benoit XVI l’a proclamé Docteur de l’Eglise en 2012 : “Voilà le signe d’une authentique expérience de l’Esprit-Saint, source de tout charisme: la personne dépositaire de dons surnaturels ne s’en vante jamais, ne les montre pas et surtout fait preuve d’une obéissance totale envers l’autorité ecclésiastique. Chaque don donné par l’Esprit-Saint est destiné, en fait, à l’édification de l’Eglise, et l’Eglise, par ses pasteurs, en reconnaît l’authenticité​”. (Audience générale du 1er septembre 2010).

Benoît XVI a voulu mettre en lumière l’inestimable sagesse de cette abbesse hors norme qui s’exprime surtout à travers ses trois livres de visions (Scivias, Le Livre des mérites de la vie, Le Livre des œuvres divines), explique pour Famille Chrétienne le Père Dumoulin, spécialiste de Ste HildegardeLe premier indique la voie, le second donne les moyens et le troisième montre le but : le rétablissement d’une harmonie de l’uni­vers jaillissant du plus intime de l’être humain“.

FO’M

Annoncer et enraciner l’Evangile dans la vie des Vendéens

Annoncer et enraciner l’Evangile dans la vie des Vendéens

Rentrée de la maison du diocèse St Paul

Annoncer l’Evangile, vivre la mission et en rayonner au quotidien : ce sont les mots de Mgr Jacolin pour la rentrée de la maison du diocèse.

Dans le refectoire des Père sMontfortains, un grand portrait du Père Olivier a été installé.

A l’occasion de la rentrée de la maison du diocèse St Paul, l’évêque s’est adressé aux membres des services et mouvements diocésains. L’occasion de rappeler la nécessiter de vivre de l’Evangile chaque jour et de l’annoncer à tous. “Services pastoraux et administratifs avons le même objectif : la mission d’annoncer et d’enraciner l’Évangile dans la vie des Vendéens” a précisé Mgr Jacolin, associant ainsi l’ensemble du personnel dans le travail d’évangélisation nécessaire. 

L’évêque de Luçon a également insisté sur le fait que “L’Eglise existe pour annoncer l’Évangile et non simplement pour entretenir ce que l’on a reçu“, invitant à la prise d’initiative, la création de nouveaux moyens d’annonce. S’appuyant sur le Congrès Mission qui se déroulera les 1er, 2 et 3 octobre prochain à La Rochelle (et partout en France), il a confirmé que “La mission se présente de manières différentes depuis des générations mais toujours avec la même veine. C’est le signe que tout ne vient pas seulement de l’Institution ecclésiale mais aussi d’initiatives de laïcs“.

“Malheur à moi si je n’annonce pas l’Évangile”
St Paul

Puis, revenant sur la mort du Père Olivier Maire en martyr de la charité, Mgr Jacolin a invité les membres de la maison du diocèse à suivre, comme l’a fait le Père Maire, “L’exemple de St Louis-Marie Grignion de Montfort : être habité du même feu de l’Évangile et en rayonner. Avoir la même audace. Avoir le soucis d’annoncer l’Évangile aux plus simples, aux plus pauvres, dans nos campagnes.”

Les grands axes et objectifs de l’année pastorale

Le vicaire général, le père Robert Daviaud, a ensuite fait un rappel des grands axes et objectifs de l’année. Il est revenu sur la réforme des paroisses qui fait suite à celle des doyennés. Il a insisté sur un point : “Donner de la lisibilité et de la clarté sur l’identification des nouvelles paroisses avec nom de saint et lieu géographique […] comme par exemple St Martin de Montaigu, etc“.

Le père Daviaud redit que “les réalités paroissiale et pastorale se mettraient en place dès septembre 2022” avec le rendu du travail réalisé par les équipes paroissiales à la fin 2021.

Il est ensuite revenu sur les grands rendez-vous de l’année : année de la famille avec Journées Mondiales en juin, année Mariale en Vendée, pèlerinage des vocations le 1er mai, rapport de la CIASE en octobre,… invitant chacun à s’impliquer dans chacun des évènements diocésains. Et il a annoncé l’arrivée de “3 nouveaux prêtres pour le diocèse. Albert Zongo pour Fontenay-le-Comte, et Narcisse Adomon pour les Sables d’Olonne, tous les deux ivoiriens“, ainsi qu’un prêtre Coréen pour Challans. 

Sur la tombe, un olivier, symbole de paix
Rentrée des séminaristes : “C’est l’occasion de vivre la fraternité ensemble”

Rentrée des séminaristes : “C’est l’occasion de vivre la fraternité ensemble”

15 séminaristes sont actuellement en formation pour la Vendée

Le diocèse de Luçon a la chance d’avoir de nombreux séminaristes. Signe d’une forte vitalité en ce qui concerne le discernement vocationnel, ils sont aujourd’hui 15 jeunes hommes séminaristes et 2 propédeutes en Vendée.

Avec le père Dominique Lubot, vicaire général et responsable des séminaristes, nous revenons sur la rentrée de ces derniers. “Elle se passe en 2 étapes : une diocésaine, une petite session de 3 jours […] fin août, début septembre. Et une rentrée scolaire quelques jours plus tard, selon les séminaires où ils vont.

Cette année, 2 jeunes hommes se rendront à Rome dans le cadre de leur formation.

L’objectif c’est de créer, dans un moment conviviale, une bonne alchimie, une fraternité” rappelle l’abbé Lubot, “car, s’ils vont jusqu’au bout, c’est quelque chose qui va se poursuivre au-delà”.

Notre émission est aussi l’occasion de revenir sur les étapes que vit un séminariste, de l’année de discernement à l’ordination sacerdotale, en passant par les différentes cycles, le lectorat, l’acolytat et le diaconat.