L’évêque de Luçon présente ses voeux au monde de la Santé  

« Si le système de santé, déjà fragile, n’a pas craqué, c’est grâce au courage quotidien de ceux qui ont tenu jusqu’au bout. »

Jeudi 26 janvier s’est déroulée la traditionnelle cérémonie des vœux à l’évêché, devant une centaine de personnes : officiels, ecclésiastiques, et personnel soignant notamment, à qui Mgr Jacolin a souhaité rendre hommage, après plusieurs années de pandémie.

« Si le système de santé, déjà fragile, n’a pas craqué, c’est grâce au courage quotidien de ceux qui ont tenu jusqu’au bout pour assurer la prise en charge des malades dans des conditions impossibles », a dit l’évêque de Luçon.

« A cause des conditions difficiles que traverse toute la société dans le soin apporté aux malades et aux personnes en fin de vie, le renforcement du Service de la Pastorale de la Santé est une priorité du diocèse ; et cela d’autant plus que notre civilisation technicienne tend à occulter la dimension spirituelle dans l’épreuve de la maladie et de l’approche de la mort, alors que c’est précisément dans de tels moments que le questionnement existentiel sur le sens de la vie resurgit fortement : je vous exhorte chacun, au nom de votre foi chrétienne, à être présent  pour visiter, écouter, accompagner les personnes malades, âgées, isolées ».

Puis, Mgr Jacolin a évoqué la possibilité d’une loi légalisant l’euthanasie, actuellement en réflexion en France, et les dangers d’une telle loi. « On n’insistera jamais assez sur l’incompatibilité radicale entre, d’une part, la logique de vie mise en œuvre jusqu’à la fin par les soins palliatifs et, d’autre part, la logique mortifère de l’euthanasie pour chaque personne et pour toute la société ».

Au cours de ses vœux, Mgr Jacolin est aussi revenu sur différents moments marquants de l’année 2022 : synode sur la synodalité, mise en place des nouvelles paroisses, accompagnement des personnes victimes de pédocriminalité dans le diocèse avec l’Inirr (Instance nationale indépendante de reconnaissance et de réparation), ou encore début de ses visites pastorales.

L’évêque de Luçon a aussi pointé deux signes de la vitalité de l’Eglise, ouvrant vers l’avenir : les 16 séminaristes actuellement en formation pour le diocèse et la cinquantaine d’adultes se préparent à recevoir le baptême à Pâques.

.