15 jours avec Ste Bernadette en Vendée

15 jours avec Ste Bernadette en Vendée

Retour en photos sur le passage des reliques de Ste Bernadette

Du 13 au 27 février 2022, Sainte Bernadette est venue en Vendée sous la forme de ses reliques. Un évènement se déroulant dans le cadre de l’Année Mariale lancée dans le diocèse. Passant par l’ensemble des doyennés de Vendée, plusieurs paroisses, communautés et clochers ont accueillis les reliques. Retrouvez leur voyage dans le diocèse de Luçon à travers une sélection de photos.

L’espérance joyeuse du Carême

L’espérance joyeuse du Carême

3 piliers : prière, jeûne et partage 

Voici que le Carême pointe le bout de son nez. Le 2 mars prochain nous prenons le chemin qui nous mène vers Pâques. 40 jours au désert comme le Seigneur l’a vécu avant de débuter sa vie publique. Comment vivre pleinement, sereinement et activement cette période d’ascèse et de prière avant de nous retrouver dans nos églises la Nuit de Pâques pour vivre la joie de la Résurrection ?

Chaque année voici arrivée la période où nous nous demandons comment vivre ces jours d’efforts et résolutions, de petites ou de grandes privations, qui, pendant 40 jours, vont rythmer notre vie quotidienne. Une saison qui débute en hiver et s’achève au printemps, comme un renouveau perpétuel, où nous vivons avec patience l’attente de la Passion et de la Résurrection de Jésus-Christ.

Mais ne pourrions nous pas vivre ce temps de manière joyeuse ? Une joyeuse espérance qui nous apprend à nous libérer de nos petits ou grands défauts pour accueillir le Christ ressuscité ?

(Découvrez les propositions de Carême en fin d’article).

POURQUOI 40 JOURS ?

Pour cela il suffit de se référer à la Bible, dans l’ancien comme le nouveau testament, avec deux références. « La durée du Carême – quarante jours sans compter les dimanches – fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise » nous rappelle le site de l’Eglise Catholique. Il s’agit de la première origine. La seconde quant à elle renvoie aux « quarante jours passés par le Christ au désert entre son baptême et le début de sa vie publique » ajoute l’article.

Plus qu’une simple indication de durée, ce « chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements ». N’est-ce pas justement le cas avec la fête de Pâques qui annonce la mission d’apôtre et d’évangélisation qui nous concerne tous depuis la montée du Christ au Ciel à l’Ascension ?

Femme en prière ©D.Fugère

3 PILIERS : PRIÈRE, JEÛNE ET PARTAGE

Quel effort, quelle résolution pouvons-nous prendre, choisir, pour ce Carême ? 3 piliers viennent nous aider à vivre concrètement cette attente et collaborent à nos décisions. Il s’agit de la prière, du jeûne et du partage (autrement appelé aumône).

Sur le site de l’Eglise Catholique nous pouvons lire ceci : « nous devons prendre le temps, dans une vie agitée, de nous recueillir. Prier à l’image de Jésus qui savait prendre du temps, échappant à la foule pour mieux la retrouver après son dialogue avec le Père. En méditant la Parole dans le silence, en éteignant la télévision ou la radio, en évitant d’être trop dépendant des smartphones, nous acceptons chaque jour de nous mettre quelques minutes devant le Seigneur pour nous laisser saisir par Lui. ». Voici notre premier pilier.

De son côté, le deuxième pilier, le jeûne, peut parfois faire un peu peur. Pourquoi devrais-je jeûner ? Un jeûne n’est pas qu’alimentaire. Là encore, l’Eglise nous apprend que « le jeûne nous permet de mieux connaître ce qui nous habite. Quels sont nos désirs les plus profonds ? Le jeûne a pour but de donner soif et faim de Dieu et de sa parole. Il n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône. C’est une privation volontaire de ce qui nous rassasie : un peu de nourriture peut-être, mais aussi de ces redoutables pièges à désir que sont le tabac, l’alcool, la télévision, l’ordinateur… Tout ce qui met notre vie sous la tyrannie de l’habitude et du besoin. ».

Enfin le partage est directement lié au jeûne. Le temps de privation que nous prenons, c’est un temps de partage, d’aumône : « ce que nous avons économisé, nous sommes invités à le donner à ceux qui jeûnent tous les jours, car ils n’ont pas de quoi s’acheter à manger. » nous enseigne l’Eglise.

LE CARÊME, UN TEMPS TRISTE ? PAS VRAIMENT !

L’abbé Joseph Proux, prêtre vendéen, nous enjoignait en 2019 à ne pas vivre ce temps avec dureté et abattement. Il disait « Dommage que ce temps soit parfois peint en grisaille de tristesse. Ce n’est pas parce qu’il faut prendre au sérieux ces sept semaines qu’on doit les aborder et les vivre avec des « faces de carême » ! C’est en réalité un heureux temps favorable, une nouvelle chance pour avancer et progresser. » avant d’ajouter « Le carême est le temps d’un regard lucide sur soi-même et d’un redressement courageux. »

De nouveau, l’Eglise Catholique nous confirme que le Carême est un temps de joie. Et plus précisément de joyeuse espérance. « Il s’agit de préparer la fête de Pâques c’est à dire de la Résurrection du Christ d’entre les morts, de la victoire de la vie sur la mort. Le renouveau de la prière, l’insistance sur le partage et l’entraînement à la maîtrise de soi, tout spécialement recommandés pour le temps du Carême, nous invitent à la joie. Toutes les démarches du Carême chrétien sont vécues dans une atmosphère de simplicité et de joyeuse espérance, afin de nous ouvrir au Seigneur Ressuscité qui apporte la lumière et le salut. »

COMMENT VIVRE MON CARÊME ?

Il existe de nombreuses propositions en ligne ou dans vos paroisses.
Découvrez ci-dessous quelques suggestions et idées pour nous préparer dans la joie à la Résurrection du Seigneur !

Offre d’emploi Directeur/trice de la maison de retraite du clergé Le Landreau

Offre d’emploi Directeur/trice de la maison de retraite du clergé Le Landreau

Directeur(trice) de la Maison de retraite du Clergé – Le Landreau (F/H)

RECRUTEMENT TERMINÉ

Située à 60 kms au sud de Nantes, sur les hauteurs de la ville des Herbiers, qui allie dynamisme économique et qualité de vie, la maison de retraite du Clergé accueille 70 résidents dont 45 prêtres, religieux/religieuses dans un environnement paisible et arboré.

Rattaché(e) au président de l’association, vous êtes garant(e) de la mise en œuvre du projet d’établissement au service du bien être des résidents.

Vous impulsez une dynamique ressources humaines de qualité et assurez la bonne gestion de l’établissement sur le plan budgétaire et comptable.

Titulaire d’un diplôme de niveau I dans le secteur médico-social (type Master MOSS, CAFDES ou DIREIS), voire éventuellement niveau II avec expérience et possibilité de formation, vous recherchez une cohérence entre les valeurs qui vous ont conduit(e) à choisir ce métier et celles mises en œuvre au sein de l’établissement que vous dirigerez.

Adressez CV et lettre de motivation (sous référence Landreau Direction) à drh@diocese85.org

Sans relation avec Dieu, le ministère du prêtre devient stérile

Sans relation avec Dieu, le ministère du prêtre devient stérile

Symposium sur le sacerdoce

Sans relation avec Dieu, le ministère du prêtre devient stérile.

Du 17 au 19 février était organisé un symposium sur le sacerdoce à Rome. A l’initiative du Centre de recherche et d’anthropologie des vocations (fondé en novembre 2020 par le Cardinal Ouellet, préfet de la Congrégation pour les Evêques, et indépendant du Saint Siège), son objectif était de réfléchir au sacerdoce, le renouveau sacerdotal à la suite de Vatican II, la vision du sacerdoce dans un changement d’époque ou encore son fondement christologique, les enjeux œcuméniques, le célibat des prêtres, etc.

A l’ouverture du symposium, le Pape François est intervenu et a confié aux prêtres sa vision de la vie sacerdotale. Le Saint Père s’est appuyé sur quatre points fondamentaux dans la vie du prêtre : la proximité avec Dieu, la proximité avec l’évêque, la proximité au sein du presbyterium (NDLR : avec les autres prêtres de son diocèse), et la proximité avec le peuple de Dieu. Une prise de parole longue et dense durant laquelle le pape François est revenu sur son expérience non pas en tant que pape ou évêque, mais en tant que prêtre.

Soulignant également la crise vocationnelle que le sacerdoce traverse actuellement, l’évêque de Rome a rappelé que « D’authentiques vocations naissent là où il y a de la vie, de la ferveur et un désir d’apporter le Christ aux autres. »

Retrouvez l’intégralité de son intervention :

Consulter l'intervention du Pape François

POUR ALLER PLUS LOIN

Un nouveau directeur à la DEC

Un nouveau directeur à la DEC

Nouveau directeur diocésain de l’Enseignement catholique dans le diocèse de Luçon

Monsieur Stéphane Nouvel, actuel directeur de l’Enseignement catholique des diocèses de Limoges et Tulle, deviendra le prochain directeur de l’Enseignement catholique de Vendée à partir de la rentrée de septembre 2022.

L’annonce a été faite le 21 février par Mgr Jacolin. Marié, père de famille, il est également secrétaire Général du CREC (Comité Régional Enseignement catholique) de Nouvelle-Aquitaine depuis juin 2019. Passé par Lille comme professeur des écoles puis chef d’établissement, il a rejoint la région parisienne (Vésinet) auprès des Apprentis d’Auteuil. Cette expérience s’est poursuivie dans les départements de la Savoie et du Rhône les années suivantes, avant d’arriver en Limousin comme directeur diocésain en 2018.

Il succèdera ainsi à Christophe Geffard, qui, à la fin de l’année scolaire, quitte la Vendée pour devenir directeur diocésain de l’Enseignement catholique du diocèse de Quimper et Léon.

Découvrez son interview sur RCF Vendée :

 

.