Elles nous ont quitté en avril 2023

Elles nous ont quitté en avril 2023

Sœur Léone Nauleau (Sœur Michel de la Trinité), de la congrégation des sœurs des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, est entrée dans la paix du Seigneur le 4 avril 2023, dans sa 94ème année, après 72 ans de profession religieuse.

Née aux Essarts, après ses vœux définitifs, elle rejoint l’école primaire de Saint Michel en l’Herm. Puis, elle part à Madagascar et y demeure jusqu’en 1970. De retour en France, elle est envoyée dans plusieurs communautés : à l’Houmeau (Charente- Maritime), Moutiers les Mauxfaits, l’Ile d’Yeu. En 1988, elle rejoint la communauté de Bazoges en Pareds, puis celle du Poiré sur Vie, de la Garnache et enfin de la Chaize le Vicomte. Elle arrive à la Maison Esther Blé des Brouzils en 2013.

Vocation : « Comment allons nous enrichir l’humanité ? »

Vocation : « Comment allons nous enrichir l’humanité ? »

Journée mondiale de prière pour les vocations 

Journée de prière pour les vocations, ordination de Damien Jaillet, pèlerinage du 1er mai à Pontchâteau : le père Daviaud nous accompagne pour en parler dans notre émission cette semaine.

Le dimanche 30 avril nous prions pour les vocations. Un dimanche consacré à ce thème dans le monde entier pour faire naitre et discerner les vocations chez chacun d’entre nous. « Toute personne sur cette terre » doit se poser la question : par ma vocation « Comment allons nous enrichir l’humanité ? ». C’est la réflexion que porte le père Daviaud dans notre émission.

Nous en profitons pour parler également du pèlerinage du 1er mai à Pontchâteau, pèlerinage pour les vocations justement. Un rassemblement en Province (Bretagne et Pays-de-la-Loire), unis dans la prière et la marche.

Autre évènement : l’ordination presbytérale de Damien Jaillet le 18 juin prochain à 15h30 en la cathédrale de Luçon. Un grand évènement « pour lui et pour l’Eglise » qui comptera un prêtre de plus.

Enfin, le père Daviaud aborde avec nous la fête de St Joseph travailleur, le 1er mai, et l’ouverture du mois de mai, mois de Marie. « Marie nous est confié par son Fils sur la Croix » rappelle le père Robert, et elle nous mène à son Fils.

Mois de mai, mois de Marie

Mois de mai, mois de Marie

 Pourquoi le mois de Mai est le mois de Marie ?

Il s’agit pourtant du plus ancien et le plus connu des mois consacrés, officiellement depuis 1724.

QF Parrain Marraine

La dédicace d’un mois à une dévotion particulière est une forme de piété populaire dont on ne trouve guère l’usage avant le XVIIIè siècle. Ainsi dix fêtes marquantes du calendrier ont donné une teinte particulière à tous les jours du mois concerné, sauf février et avril :

Janvier est le mois du Saint Nom de Jésus depuis 1902 ; Mars, le mois de Saint Joseph, depuis 1855 ; Mai, mois de Marie est le plus ancien et le plus connu des mois consacrés, officiellement depuis 1724 ;  Juin, le mois du Sacré-Cœur depuis 1873 ; juillet, le mois du Précieux Sang depuis 1850 ; août, le mois du Cœur Immaculé de Marie ; Septembre, le mois de Notre Dame des Douleurs depuis 1857 ; Octobre, le mois du Rosaire depuis 1868 ; Novembre, le mois des Âmes du Purgatoire depuis 1888 ; Décembre, le mois de l’Immaculée Conception.

Cela fait cinq mois de l’année consacrés à la piété mariale !

 

Cette consécration est née à Rome. La promotion du mois de Marie doit beaucoup aux Jésuites. Au XIIIème siècle, le roi de Castille avait déjà associé dans son chant la beauté de Marie et le mois de mai.

Au siècle suivant, mai étant le mois des fleurs, un dominicain avait l’habitude de tresser des couronnes pour les offrir à la Vierge le 1er mai. Au XVIème siècle, St Philippe Néri exhortait les jeunes gens à manifester un culte particulier à Marie pendant le mois de mai.

« Marie n’est pas le terme de la prière, elle en est l’occasion »

C’est parce qu’il se termine par la fête de la Visitation, que le mois de mai nous invite à nous rapprocher de Marie pour la prier, la chanter et nous confier à sa médiation. Quand j’étais enfant, nous nous réunissions tous les soirs du mois de mai, à l’église,  vers 17 h pour dire le chapelet près d’une statue de la Vierge que nous avions ornée de fleurs.

Selon le missel Marial, Marie n’est pas le terme de la prière, elle en est l’occasion. C’est Dieu qui est loué pour le Salut accompli par son Fils, auquel Marie est associée par grâce. La plupart des représentations de Marie sont des Vierges à l’Enfant, car quand nous prions Marie, nous lui disons comme dans le cantique : « Donne-nous ton Fils ».

Pour moi, Marie est une médiatrice, dans les deux sens : A Cana, elle nous dit : « Faites tout ce qu’Il vous dira », nous invitant à imiter son Fils. Réciproquement, beaucoup de « Je vous salue Marie » sont accompagnés d’une intention de prière car nous avons confiance en Marie pour porter nos suppliques au Seigneur.

« Marie, prends nos prières, présente-les à Jésus. »

Par Geneviève Gaborieau

Baptême - Cathopic

Pèlerinage des vocations à Pontchâteau

Pèlerinage des vocations à Pontchâteau

La messe en direct du pèlerinage à Pontchâteau 

Évènement historique ! Les diocèses de Bretagne et des Pays de la Loire se rassemblent le 1er mai prochain à Pontchâteau.

Que l’on soit laïc, ou consacré, célibataire, marié, diacre, prêtre, engagé dans une vocation ou la recherchant toujours, nous sommes invités à nous rassembler, venant des neuf diocèses de la Province, pour fêter nos vocations respectives, prier pour ceux qui recherchent, et célébrer ensemble. A la suite de Saint Louis Marie Grignon de Monfort, nous marcherons sur les routes qu’il a lui-même empruntées et nous laisserons guider par son enseignement : que chacun puisse renouveler les promesses de son baptême, pour marcher résolument à la suite du Christ.

Retransmission de la messe à 16h au cours de laquelle nous renouvellerons les vœux de notre baptême au moment du Credo. Nous repartirons alors chez nous, affermis dans ce choix de vivre plus pleinement de la grâce reçue le jour de notre baptême, sûr que nos prières auront été entendues par Dieu, et que le Seigneur nous donnera les vocations dont notre diocèse a besoin… et en priant inlassablement pour ces jeunes qui s’engagent à la suite du Christ.

Bienheureux Henri Planchat, 26 mai

Bienheureux Henri Planchat, 26 mai

Les saints du diocèse de luçon

Bienheureux Henri Planchat,

Fêté le 26 mai

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort - 28 avri

Bienheureux Henri Planchat, prêtre catholique français membre de la Congrégation des Religieux de Saint Vincent de Paul – Fêté le 26 mai

Mathieu Henri Planchat, né le 8 novembre 1823 à La Roche-sur-Yon, fusillé le 26 mai 1871 au cours du massacre de la rue Haxo à la fin de la Semaine sanglante de la Commune de Paris, est un prêtre catholique français membre de la Congrégation des Religieux de Saint Vincent de Paul. Reconnu martyr de la foi par le pape François, il est proclamé bienheureux le 22 avril 2023.

 

Henri Planchat naît dans une famille pieuse, dont le père est magistrat. Celui-ci est ensuite envoyé en poste à Chartres, à Lille puis nommé président du Tribunal d’Oran en Algérie. Malgré l’éloignement de sa famille, le jeune Henri poursuit à partir de 1837 ses études au collège Stanislas de Paris où il reste trois ans, puis les poursuit au collège de l’abbé Poiloup à Vaugirard, alors quartier périphérique en dehors de Paris. Il fait ses études de droit, comme le voulait son père, mais à peine son diplôme d’avocat en poche, il entre au séminaire d’Issy-les-Moulineaux

 

Durant ses études de théologie, il participe à l’une des Conférences de la Société de Saint-Vincent-de-Paul présidée par Jean-Léon Le Prevost. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de l’Institut des Frères de St-Vincent de Paul, fondé par Le Prevost en 1845, et qu’il découvre sa vocation. Il s’occupe alors des pauvres, de la bibliothèque de la paroisse et collabore au patronage des Frères de Saint Vincent de Paul. Il est ordonné prêtre le 21 décembre 1850. Il se présente trois jours plus tard devant Jean-Léon Le Prévost pour être accueilli en tant que premier prêtre au sein de la nouvelle congrégation des qui ne comptait jusqu’alors que des frères.

Bien qu’Henri Planchat soit étranger aux luttes politiques, le jour même du début de l’insurrection de la Commune dans Paris, le 18 mars, une bande d’insurgés envahit le patronage Sainte-Anne sous prétexte d’y saisir des armes. Ils fouillent la maison de fond en comble, mais ils ne trouvent pas d’armes.

Dessin de Bertal publié dans l’Album du Figaro deuxième édition 1875.
Le Jeudi Saint, 6 avril, un groupe de fédérés pénètre à Sainte-Anne, un commissaire, revolver au poing, lui notifie alors son arrestation. Il est conduit à la mairie du 20e arrondissement où il subit un interrogatoire. Le jour suivant, il est transféré à la Préfecture de Police. Le 13 avril, avec d’autres religieux prisonniers qui l’ont rejoint, il est transféré à la prison Mazas.

Le vendredi 26 mai, les combats deviennent plus intenses entre les Versaillais qui ont gagné presque tous les quartiers et les fédérés qui se replient sur les derniers bastions et barricades. Au début de l’après-midi, le Père Planchat, avec neuf autres ecclésiastiques et une quarantaine de civils sont extraits de la prison par le Colonel Émile Gois et conduits de la prison de la Grande Roquette, à travers les rues de Belleville, jusqu’à la Villa Vincennes, au 85 rue Haxo. Au long du chemin, des voix dans la foule les accueillent avec des injures et des cris de mort.

À six heures, lorsque les prisonniers arrivèrent rue Haxo, la foule s’est regroupée dans l’allée, frappe les prisonniers, les bousculant et les entraînent jusqu’à la murette du terrain vague. Soudain, un coup de revolver donna le signal du massacre. Une fusillade désordonnée éclata aussitôt. Cette tuerie dura près d’une demi-heure2.

Le Père Mathieu-Henri Planchat figure parmi les morts. 

(Extraits issu de la page Wikipedia)

Bienheureuse Marie-Louise Trichet
Bienheureuse Marie-Louise Trichet

Béatification du père Planchat, église St Sulpice, Paris, 22 avril 2023 – ©ParoisseStSulpice

Dessin de Bertal publié dans l’Album du Figaro deuxième édition 1875 – ©Domaine Public

.